Comment utiliser l’IRM pour traiter la névrite vestibulaire ?

par LNSC
Névrite vestibulaire IRM : les façons de soulager ce mal

La névrite vestibulaire est un mal qui attaque l’oreille interne. En cas de dysfonctionnement du vestibule, le nerf vestibulaire qui est relié au cerveau est également touché. Lorsque vous êtes affecté par ce mal, il faut réaliser une IRM afin d’opter pour le traitement le plus adapté pour le soulager. Découvrez à travers cet article des informations complémentaires sur ce mal.

Qu’est-ce que c’est que la névrite vestibulaire ?

La névrite vestibulaire n’est rien d’autre que la conséquence directe des cas de vertige périphériques. Elle se définit aussi par l’expression vertige vestibulaire. Elle se matérialise par la disparition soudaine et unilatérale des informations vestibulaires. Par ailleurs, ces informations vestibulaires devraient en effet être à la base du maintien de l’équilibre et de la stabilisation du regard.

Contrairement à bien d’autres troubles de la santé, les causes de la névrite vestibulaire ne sont pas définies comme elles doivent l’être. On note néanmoins des causes telles qu’une infection virale, ou la réactivation d’un virus neurotrope. C’est le cas du virus herpès simplex de type 1. Toutefois, il est possible de souffrir d’une névrite vestibulaire en raison d’une infection banale des voies respiratoires supérieures.

Quels sont les symptômes ainsi que les causes de la névrite vestibulaire ?

Nombreux sont les maux qui devraient attirer votre attention sur la possibilité de souffrir de la névrite vestibulaire. De ce fait, on note entre autres :

  • Un vertige rotatoire ;
  • La nausée ;
  • Les vomissements.

Par ailleurs, ne vous attendez pas forcément à avoir des signes auditifs tels que la surdité ou les acouphènes. Face à ces violents vertiges, bon nombre de personnes sont généralement évacuées vers les centres de santé pour des soins adéquats.

À la suite d’un examen vidéonystagmoscopie, on constate généralement un nystagmus spontané de type périphérique. Ce dernier de type horizonto-rotatoire, unidirectionnelle baisse en amplitude et en fréquence au cours de la fixation oculaire. La phase avancée de ce nystagmus se dirige le plus souvent vers l’oreille saine. Quant à l’examen neurologique ainsi que les autres examens, on constate un résultat positif.

La phase avancée de la névrite vestibulaire se caractérise par une régression de la symptomatologie vestibulaire. Le point faible est qu’avec le temps, le patient ressentira une sensation de déséquilibre. 

Comment diagnostiquer la névrite vestibulaire ?

Comment diagnostiquer la névrite vestibulaire ?

Pour un traitement efficace de la névrite vestibulaire, il est impératif de passer par un diagnostic. En ce qui concerne le diagnostic de ce mal, il peut se faire de différentes façons. On en décèle entre autres :

Le test calorique

Ce test a plus référence à la stimulation thermique. Grâce à ce dernier, l’on arrive à stimuler les CSC horizontaux.

Le Head Impulse Test

Grâce à ce test, il est possible d’estimer la fonctionnalité des canaux semi-circulaires dans le domaine des stimulations à haute fréquence. Pour ce faire, il va falloir effectuer des rotations brusques de la tête dans le plan horizontal ou vertical.

Le test par imagerie par résonance magnétique

Ce test est le diagnostic le plus utilisé et de surcroît le plus fiable. Généralement, une IRM de la tête est effectuée de sorte à s’assurer de ne pas engendrer d’autres dégâts comme une tumeur.

Quel traitement favorable pour la névrite vestibulaire ?

Le traitement de la névrite vestibulaire passe dans un premier temps par l’isolement du patient. L’étape qui s’ensuit est celle de la prescription de drogues sédatives, d’antiémétiques y compris d’antivertigineux majeurs.

Il est aussi possible de recourir à une corticothérapie. Cependant, ce traitement effectué par voie générale se fait à de fortes doses. Les antiviraux sont également une autre alternative au traitement de la névrite vestibulaire.

En outre, le traitement peut se reposer sur une mobilisation énergique du patient. Pour finir, l’on peut aussi passer par la rééducation pour mettre fin à la tyrannie de la névrite vestibulaire dont souffre un patient. Cette action lui permettra de retrouver peu à peu les réflexes de stabilisation posturale et oculomotrice normaux. 

Articles similaires

3.5/5 - (4 votes)

Laissez un commentaire